Améliorer_Trésorerie

Comment améliorer sa trésorerie ?

Il est important de maitriser sa trésorerie. Dans cette période inédite et malgré les différents fonds de solidarité national, régional, PGE, …, votre trésorerie est à surveiller comme le lait sur le feu.

Dans le contexte actuel, si vous avez des difficultés, comment améliorer votre trésorerie ?

 

En travaillant sur les dettes fournisseurs

En allongeant vos délais de paiement (mais en respectant au maximum les délais convenus. Attention aux effets boule de neige)

Vous avez notamment la possibilité :

–      de demander de tout régler à l’échéance si vous payez habituellement des acomptes, ou de demander une réduction du montant de ces derniers,
–      de demander d’allonger les délais de règlement proposés par le fournisseur.

Toutefois, il vous faut respecter la loi, à savoir :
« Le délai convenu entre les parties pour régler les sommes dues ne peut dépasser soixante jours nets à compter de la date d’émission de la facture ou, à titre dérogatoire, 45 jours fin de mois, sous réserve que ce délai dérogatoire soit inscrit dans le contrat ». Fiche pratique

Le mode de règlement peut également améliorer votre trésorerie mais à petit échelle. Par exemple, un règlement par chèque peut vous permettre de gagner quelques jours avant le décaissement par rapport à un virement bancaire ou une LCR.

En optant pour le virement plutôt que pour le paiement par LCR, vous gardez la maitrise de votre compte en banque. Ce n’est pas le fournisseur qui vient piocher dans votre compte, mais vous qui donnez l’ordre de paiement.  En cas de trésorerie négative ou découvert non autorisé, cela limite les frais bancaires et autres commissions (rejet, impayé, intervention, agios, …)

En négociant vos prix d’achats, les frais de livraisons et les frais administratifs facturés sur chaque facture ou chaque mois.

 

En travaillant sur les créances clients

Votre objectif : récupérer plus rapidement vos créances.

Contrôlez dans la mesure du possible, la solvabilité du prospect avant de conclure un marché.

Négociez de nouvelles conditions de règlement :

–      En mettant à jour vos Conditions Générales de Ventes avec des conditions de paiement, mais aussi avec un délai de règlement plus court et la procédures et taux d’intérêts en cas de retard de paiement ;
–      En renégociant vos contrats commerciaux ;
–      En instaurant un système d’acompte à la commande, facturations, situations y compris pour les marchés publics ;
–      En réduisant vos délais de livraison si l’entreprise demande un paiement à la livraison ;
–      En cherchant des solutions pour réduire la non qualité et les litiges clients en cours ;
–      En facturant dès la fin des travaux. Effectuer des situations si le chantier s’étale sur plusieurs semaines.

Envisagez une caution bancaire plutôt qu’une retenue de garantie (RG). Mettez en place un suivi des RG afin de les réclamer au bout d’un an.

Mettez en place un suivi des règlements avec une gestion des retards de paiement : relance systématique, mise en demeure et ne tardez pas à transmettre à un service de recouvrement les clients retardataires (régulièrement de mauvaise foi) et impayés.

Escomptez vos créances, mettez en place un financement Dailly ou de l’affacturage.

–      Le DAILLY est un mode de financement court terme qui permet de faire des remises groupées de créances que la banque va financer globalement sans avoir à endosser chaque créance. L’intérêt est de pouvoir mettre sur un même bordereau, le bordereau Dailly, un ensemble de factures clients à financer.

–      L’AFFACTURAGE permet à l’entreprise de récupérer plus rapidement de la trésorerie : l’entreprise cède ses créances clients professionnels ou publics, à un factor (la banque) qui se charge de les recouvrir. Une rémunération est versée au factor en contrepartie, ce qui diminue indirectement la marge de l’entreprise.

 

En travaillant sur les frais généraux

Trouvez des solutions pour réduire les frais généraux, voir stopper certaines dépenses dont vous pouvez vous passer,

Renégociez les conditions de règlement avec les partenaires (comme nous l’avons abordé avec les dettes fournisseurs)

Quelques exemples de pistes de travail sur les frais généraux :
–      Est-il possible de trouver d’autres prestataires (expert-comptable, assureur, téléphonie, internet…) qui pourrait proposer des services similaires à un coût moins élevé ?
–      Est-il possible d’envisager de déménager l’entreprise dans un local moins cher sans que cela ne se répercute sur l’activité ?
–      Quels sont les frais généraux qui ne sont pas indispensables ? Comment peut-on les réduire ? Peut-on les supprimer ?

Travaillez avec des solutions de mutualisation d’achats.

 

Autres moyens d’améliorer la trésorerie de l’entreprise

Réduisez le montant de vos stocks de fournitures, approvisionnements, produits finis, marchandises.

Empruntez, Financez vos investissements

Essayez de renégocier vos emprunts bancaires en allongeant la durée de remboursement et/ou en trouvant des taux plus avantageux.

Utilisez le lease-back avec les actifs : cession des biens à une société de crédit-bail qui les propose ensuite en contrat de crédit-bail à l’entreprise.

Demandez une autorisation de découvert bancaire

Demandez à l’administration fiscale, à l’Urssaf ou aux caisses de retraites des échéanciers pour étaler le règlement de vos cotisations.

En cas de crédit de TVA, faites SYSTEMATIQUMENT la demande de remboursement.

Evitez de décider des distributions de dividendes lors de l’assemblée annuelle des associés.

Bloquez temporairement les sommes versées en comptes courants d’associés.

Levez des fonds pour améliorer sa trésorerie : augmentation de capital, apports en compte courant d’associé, entrée d’investisseurs… Toutefois, cette dernière solution n’est envisageable que si les perspectives futures de l’entreprise sont correctes.

Ayez plusieurs banques, ainsi vous n’aurez pas tous les œufs dans le même panier. (Surtout si vous avez la même banque à titre personnel)

Faites de vos banquiers des partenaires financiers.

Entretenez de bonnes relations avec eux et rencontrez-les au moins une fois par an pour le présenter votre bilan et vos projets.

 
Et surtout ANTICIPEZ, n’attendez pas d’être dans le rouge ou que vos conseillers bancaires vous appellent pour AGIR,  prenez les devants.

PILOTEZ  votre trésorerie !

Crédits photo: ©PIXABAY
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email